Apprendre mieux : 4 façons de hacker votre cerveau

Longtemps, ma relation avec l’école n’a pas été un long fleuve tranquille. Adepte du minimum vital, partisan de la dernière minute, je me plaisais à cultiver le poil qui poussait dans ma main… Avec, il est vrai, une certaine forme de fierté envers mes camarades, de défiance envers mes parents.

Mais voilà, les zones de confort, à la longue, c’est lassant. Alors un jour, j’ai décidé d’arrêter d’apprendre pour apprendre et de commencer à apprendre pour comprendre. J’ai donc décidé de suivre des formations très intenses, et face aux doses immenses de travail auxquelles j’avais à faire face, il a fallu que je trouve des moyens d’apprendre toujours davantage en toujours moins de temps. Des hacks dans mon cerveau pour que celui fonctionne à plein régime.

Et aujourd’hui, je veux les partager avec vous, parce que je crois intimement que l’envie et la capacité d’apprendre sont deux des plus belles raisons d’être en vie.

Voilà donc mes quatre hacks pour vous permettre de repousser les limites cognitives de votre cerveau.

 

1 – Acceptez d’avoir tort

C’est le hack le plus simple, mais c’est aussi le plus compliqué à mettre en œuvre. Pour comprendre ce hack, il faut avoir en tête qu’il existe une chose que votre cerveau déteste par-dessus tout : il s’agit d’avoir tort.

Cela entraîne un biais bien connu des études de psychologie sociale : le biais de confirmation d’hypothèse. C’est simple, dès que votre cerveau adopte une idée, il va se débrouiller pour faire correspondre la réalité à cette idée, y compris s’il s’agit de la modifier un peu. Si vous pensez que tous les chats sont gris, votre cerveau fera inconsciemment moins attention à tous les chats d’une autre couleur. Et dès lors, l’apprentissage devient compliqué.

Pour contrer cela, efforcez-vous de regarder les faits et tentez le hack suivant : essayez de convaincre un ami que vous avez tort. Cela vous obligera à trouver toujours davantage d’information et à vous ouvrir un peu l’esprit.

 

2 – Entourez-vous de savoir

Ce point-là a probablement tout changé pour moi. On n’imagine pas à quel point autrui est déterminant dans son propre apprentissage… Commencez à trainer avec des personnes curieuses, passionnées et qui ont soif d’apprendre, et comme par magie, l’apprentissage va prendre un autre sens.

Non seulement, ces personnes seront par moment des modèles vers lesquels vous voudrez tendre, mais surtout, vous pourrez commencer à discuter, à échanger, à élever les débats et à remettre en question vos points de vue. Sans ça, pas d’apprentissage.

 

3 – Faites varier les formes d’apprentissage

Apprendre, ce n’est pas seulement suivre un cours et le relire. Il existe une multitude d’autres manières d’apprendre à envisager. Sans doute, avez-vous déjà entendu parler de la pyramide de la rétention de l’information (cf. ci-joint). Même si l’exactitude de ces pourcentages fait l’objet de débats, celle-ci a au moins le mérite de présenter un panorama des méthodes de rétention de l’information.

Apprendre mieux : 4 façons de hacker votre cerveau 1
Source : National Training Laboratories

 

J’ai commencé à apprendre efficacement, le jour où j’ai commencé à enseigner. Et j’entends par là, enseigner à mes pairs, à mes propres camarades de classe. Nous prenions une demi-heure chaque jour pour que l’un de nous parle aux autres d’un sujet. C’est l’exercice le plus formateur que j’ai pu faire jusqu’aujourd’hui. Cela vous oblige à anticiper les questions, à comprendre les logiques, à fuir le « à peu près ».

Tentez l’expérience pendant une semaine avec deux ou trois amis, et vous verrez, comme par magie, l’apprentissage deviendra un jeu d’enfant.

 

4 – Dormez beaucoup

Dormez, et vous apprendrez toujours davantage.

Amis paresseux, voilà le hack le plus simple à mettre en place pour vous. Dormez, et vous apprendrez toujours davantage.

Pourquoi ? Déjà parce que pendant le sommeil, votre cerveau rejoue des dizaines de fois, en accéléré, le film de votre journée écoulée. Sympa l’ami.

Ensuite, parce que pendant le sommeil, le dialogue entre l’hippocampe et le cortex est facilité. Et que les échanges entre les deux parties de notre cerveau est indispensable pour un apprentissage à long terme.

Enfin parce qu’en dormant, votre cerveau se « réinitialise » en quelque sorte, en laissant de côté les connexions superflues, pour pouvoir pleinement se concentrer à au développement de synapses en phase avec nos apprentissages.

Petit détail qui a son importance : on parle ici d’un sommeil de qualité bien entendu. Et un sommeil de qualité, c’est le point de départ vers une vie de qualité, croyez-moi.


Voilà quatre petits hacks simples qui ont fait une grande différence dans ma vie. Il en existe beaucoup d’autres, et les neurosciences continuent, chaque jour, à apporter leur lot de surprises et de découvertes sur le fonctionnement de notre cerveau.

Essayez de les mettre en application, vous n’avez rien à perdre et tout à gagner. Il est difficile de quantifier son apprentissage, mais rien ne vaut ce sentiment de plénitude, en s’endormant, lorsque l’on sait qu’on vient de passer une belle journée, riche en nouveaux savoirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *